Just another Réseau Blog Poliris site
22 Avr

La colocation, l’autre solution pour louer un appartement à Niort !

La loi Alur (loi pour l’Accès au logement et un urbanisme rénové), de mars 2014, modifie en profondeur les règles applicables en matière d’immobilier et, notamment, celles de la colocation. À ce titre, elle cherche à mieux encadrer le principe de la colocation afin de protéger les colocataires, mais également les propriétaires. Vous souhaitez louer un appartement à Niort, sur les rives de la Sèvre? Pourquoi ne pas envisager une colocation ? Cette formule originale qui consiste à partager loyer et appartement fait de plus en plus d’adeptes. Et pour cause : rareté des biens immobiliers, loyers élevés, chômage…, sont autant de raison qui poussent jeunes et moins jeunes à vivre en communauté ! Alors quelles sont les nouveautés ?

Diminution des frais d’agence

Depuis le 15 septembre dernier, les honoraires de location d’un logement (frais d’agence) demandés aux locataires par les professionnels de l’immobilier sont plafonnés. Le décret du 1er août 2014 prévoit en effet que le montant des honoraires de location payés par le locataire au titre de l’organisation des visites, de la constitution du dossier, de la rédaction du bail, hors état des lieux, ne pourra excéder celui qui est payé par le bailleur. Il devra en outre être inférieur ou égal à un plafond établi par mètre carré de surface habitable du logement loué.

La clause de solidarité revisitée

Une clause de solidarité est inscrite sur le bail de colocation. Elle rend l’ensemble des colocataires responsable du paiement du loyer. Si la loi Alur ne change pas ce point, elle précise que le colocataire qui s’en va est délivré de cette obligation de solidarité dès lors que son remplaçant est inscrit sur le bail. Dans tous les cas, cette clause de solidarité est automatiquement annulée six mois après la date de son départ officiel.

La solidarité des garants limitée dans le temps

Chaque colocataire devra formellement identifier son garant ou sa caution. Si ce dernier est aussi soumis à une clause de solidarité, la loi Alur l’en délivre, là aussi, dès qu’un nouveau colocataire est inscrit sur le bail ou six mois maximum après le départ du colocataire en question.

O.D. / Bazikpress © Richard Villalon – Fotolia

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée